fromentin Jean-Claude (Artiste peintre)  
Cours de dessin-2ème Niveau-Leçon N° 6- la sanguine
LES MATIERES : La Sanguine-
 
La sanguine est une sorte de craie de couleur rouge orangée, parfois brune, qui donne des dessins de tonalité chaude. La sanguine convient parfaitement pour des portraits et des nus, mais rien n'empêche de réaliser des paysages et même des natures mortes avec ce médium. 
 
-- Le matériel: Examinons le matériel que nous pouvons utiliser 
 
1--: Le papier: 
 
Le papier "Canson C à grain 180 gr" est très valable pour la sanguine. Vous prendrez le format que vous voulez. 
 
2--: La sanguine. 
 
Il existe plusieurs types de sanguine: Crayon à manche bois, mine nue de 6 mm à utiliser avec un porte mine, carré "Conté", ou autre!. Je préfère le carré "Conté" car il est sec, s'estompe et s'efface facilement. 
 
3--: Les accessoires. Il faut ajouter: 
 
--Une gomme, qui ne peluche pas le papier. 
--Une gomme malléable dite "Mie de pain". 
--Des estompes de différentes grosseurs, mais vous pouvez utiliser votre pouce et les autres doigts. Cela donne un estompage mieux maîtrisé. Ce sera selon les circonstances, c'est à vous de voir. 
Pour cet exercice, je vais prendre comme modèle l'une de mes anciennes aquarelles qui se prête bien à un rendu à la sanguine. Ici pas de couleurs à proprement parler. Il n'y en a qu'une seule: La craie sanguine. Le dessin sera donc d'une seule couleur en camaïeu.
Tout d'abord, je dessine une esquisse à la sanguine, car le crayon graphite n'est pas compatible avec ce médium. Il ne faut pas trop appuyer sur le bâton de sanguine pour ne pas être gêné par la suite par un tracé trop intense.  
Avant d'aller plus loin, nous allons nous familiariser avec la sanguine. Les mines sanguines grasses, ou semi grasses, ne s'estompent pas et se travaillent comme le crayon graphite. Je vous renvoie donc au cours de dessin général, à la leçon N°3 où vous trouverez toutes les explications nécessaires. 
 
Par contre, nous allons découvrir la sanguine sèche par quelques exercices préliminaires de base. 
 
1er exercice: Tracés libres non estompés (image de gauche ci-dessous). 
 
Prenez un carré Conté de sanguine, cassez en un morceau de 1 à 2 centimètres. Prenez une feuille de papier brouillon, et tracez des lignes avec une pointe du carré, faites des droites des courbes, des zigzags. Avec le plat du bâton (un des cotés) faites des aplats de différentes valeurs, foncées, claires, intermédiaires. Vous devez ressentir toute la puissance et à la fois la légèreté de la matière. Donnez libre cour à votre imagination. Le bâton de sanguine doit devenir une prolongation de votre main. Mais surtout ne bouchez pas le grain du papier.
2ème exercice: Tracés libres estompés (image de droite ci-dessus). 

Refaites quelques tracés libres et cette fois vous estompez quelques parties, soit avec les doigts, soit avec une estompe papier. Insistez par endroits pour bien étaler la matière. C'est plus facile avec l'estompe. 
 
Prenez une gomme plastique blanche, elle est certainement usée en forme arrondie d'un bout. C'est parfait pour faire des touches lumineuses dans des zones sombres, en tapotant ou en frottant légèrement la zone à éclaircir. Coupez un morceau de la gomme avec un cutter bien affûté, cela donne des bords vifs à la gomme. C'est idéal pour faire des tracés de grande lumière. Ces retouches sont visibles sur la partie droite de l'image ..
3ème exercice: Un cube. 
 
Nous ferons cet exercice de la leçon N°3 à la sanguine. La méthode de dessin sera identique, sauf qu'ici nous pourrons estomper, ce qui donnera plus de possibilités dans les valeurs, et la mise en valeur justement sera plus rapide. Ce qui ne veut pas dire qu'il faut bâcler le travail.
Nous commencerons par une esquisse légère à la sanguine, avant de poser les premières hachures comme avec un crayon graphite. Mais cette fois nous pouvons faire aussi des aplats larges avec le coté du bâton de sanguine. 
 
A ce stade si le dessin de l'esquisse n'est pas tout à fait juste il pourra être rectifié plus tard au cours de l'étape de mise en valeurs. 
 
L'étape suivante (image de droite) consiste à estomper toutes le hachures en essayant de ne pas perdre le dessin original, en utilisant l'estompe papier. Et on en profite pour rectifier éventuellement le dessin. Si vous craignez de déborder dans les parties éclairées, utilisez une feuille de papier comme cache, posée sur les parties à protéger. Si vous constatez des manques de matières à certains endroits, redonnez quelques coups de sanguine. 
 
Le problème avec l'estompe, c'est qu'il rend le dessin mou et inconsistant. On améliorera cela plus tard. Vous avez pu vous rendre compte, lors de cette étape, de la facilité et de la rapidité d'exécution.
A l'étape suivante, nous reprenons toutes les surfaces avec des hachures pour préciser les formes et les valeurs, le dessin a été retouché également. Je vous conseille de revoir la leçon N°3 pour bien comprendre comment réaliser la mise en valeur, faire les réserves, et mettre en place les reflets dans les ombres. Remarquez la façon d'indiquer le reflet du cube blanc sur la table par des contrastes de valeurs subtiles.
De nouveau nous effectuons un estompage, cette fois la matière, en plus grande quantité, s'étale mieux et plus régulièrement. Profitons pour adoucir les arêtes du cube.
Nous pourrions croire que c'est fini, mais de nouveau l'estompage a donné un effet de mollesse. Nous allons y remédier en faisant ce qu'on appelle un repiquage. C'est à dire que nous retraçons quelques hachures par ci, par là, renforçons quelques points d'ombres surtout en dessous du cube pour le détacher de la table. Tout cela est expliqué à la leçon N°3. Voilà, c'est fini. 
 
Vous pouvez redonner un peu d'estompe sur l'arrière plan pour le reculer dans l'espace, et sur certaines zones qui peuvent paraître trop dures. 
Voilà, si vous avez réussi cet exercice vous êtes prêt à reprendre l'exécution de notre paysage de neige. Vous pouvez constater qu'à aucun moment je n'ai utilisé la gomme, mais rien ne vous empêche d'en faire usage si nécessaire.