fromentin Jean-Claude (Artiste peintre)  
Cours de dessin-2ème Niveau-Leçon N° 5- La Perspective (Théorie 2)
--Réflexions générales: 
 
Avant d'aller plus loin, faisons quelques réflexions sur l'espace vu à travers le tableau, qu'il est bon de rappeler ou de préciser: 

 
1- L'espace est vaste et infini, mais le tableau ne permet de voir qu'une portion de cet espace. 
 
2- Au chapitre "Introduction, -Etude de l'espace", nous avons vu que la position du point de distance était calculée sur la base du coté du carré construit avec la valeur x (égale à la distance entre l'observateur et le tableau). Ce carré construit sur la ligne de terre doit être ramené sur le plan horizontal au niveau des yeux, ce qui détermine le plan d'horizon, d'où le nom de la "ligne d'horizon". La diagonale de ce carré détermine donc le point de distance qui est le point de fuite de toutes les lignes inclinées à 45 degrés, et je précise, qui se trouvent uniquement dans un plan horizontal. 
 
3- Le point de fuite principal "P" se trouve sur la ligne d'horizon, juste au droit de l'oeil de l'observateur. Donc ce point de fuite est immuable et se déplace avec l'observateur, que celui-ci monte un escalier, s'allonge par terre, descend dans un puits, escalade une montagne, ou se retourne pour changer de point de vue. 
 
4- Pour tenir compte des impératifs de composition, la ligne d'horizon et le point de fuite principal pourront être positionnés en fonction des points et lignes d'or (revoir la leçon sur la composition). 

 
 
Jusqu'à présent nous avons dessiné seulement sur un seul plan horizontal: le plan de sol ou plan de terre. Qu'en est-il des autres plans horizontaux? 
 
Vous ne le devinez pas? Si, eh bien vous avez trouvé, c'est exactement pareil. La ligne frontale qui touche les bords du tableau peut être considérée comme une ligne de terre, mais je préfère l'appeler: "ligne frontale ou ligne de front" pour ne pas la confondre avec la ligne de terre qui reste la propriété du plan de terre. 
 
Ainsi il y a une infinité de plans horizontaux, donc parallèles entre eux et au plan de terre, qui partage la même ligne d'horizon et les mêmes points de fuite. 

J'ai coloré chaque plan pour les différencier. Il faut remarquer que, puisqu'il sont parallèles entre eux, car tous horizontaux, ils fuient tous vers "P". La construction des objets (ici ce sont des carrés), est identique à ce qu'on a fait dans les exercices précédents. Les segments de mesure sont à reporter sur les lignes de front, comme sur la ligne de terre. Ensuite on trace les fuyantes vers "P" et vers "D" pour pouvoir tracer les carrés. 
 
Dans cet exemple j'ai positionné le point de fuite principal "P" sur un point d'or. 
 
-LES PLANS VERTICAUX-- 
 
Jusqu'à présent, nous avons dessiné seulement sur plans horizontaux. Oui mais comment faire pour dessiner sur un plan vertical? Le point de fuite principal et le point de distance sont-ils toujours valables? En voilà de bonnes questions auxquelles je vais répondre dans les exercices suivants. 
 
Quelques remarques avant d'aller plus loin. 
 
Il ne faut pas oublier que: 
 
1-- les plans horizontaux sont perpendiculaires au tableau. 
 
2-- On peut dire que le plan de terre et le plan supérieur, dont la ligne de front se confond avec le bord supérieur du tableau, sont des plans particuliers car ils encadrent le tableau et facilitent certains tracés complexes. 
 
3-- Comme pour un plan horizontal, un plan vertical perpendiculaire au tableau possède une ligne d'horizon qui est le même que celui du plan horizontal. Il en est de même pour le point de fuite principal "P". 
 
Pour le point de distance on pourrait le positionner sur la verticale passant par "P". Cet autre point de distance serait parfaitement valable et pourrait servir de la même manière. Mais cela compliquerait inutilement le travail, car nous pouvons nous en passer facilement. Comme nous allons le voir, nous utiliserons le point de distance "D" existant. 

 
-Exemple-- 
 
Considérons le plan vertical, perpendiculaire au tableau, ayant pour ligne de front le coté vertical droit. Dessinons un rectangle et 3 carrés verticaux, leurs bases reposants sur le sol. 
Dans ce cas il est utile et même nécessaire de faire un dessin préparatoire pour aider à la construction du dessin. 
 
On dessine les objets en vue de face, posés sur la ligne de terre. On reporte les dimensions sur la ligne de terre. On trace les fuyantes vers le point de distance "D". Cela détermine leurs positions en profondeur. 
 
Sur le coté droit du tableau on dessine les objets en vue de coté. On trace les fuyantes vers le point de fuite principal "P". On a ainsi déterminé les hauteurs en perspective. 
 
Le dessin des objets peut maintenant être fait en se basant sur les fuyantes. Attention à ne pas s'embrouiller. On trace d'abord les cotés verticaux des objets jusqu'à leur rencontre avec la fuyante du coté supérieur, ensuite on trace le coté supérieur. 
 
Oui mais je veux dessiner ces objets sur un autre plan que celui là, comment je fais? 
 
C'est simple, on reporte, horizontalement, les mesures sur cet autre plan.
On commence par reporter les mesures sur la ligne de front du nouveau plan. On trace les fuyantes vers le point de fuite principal "P". On reporte les mesures du plan de terre. On élève les verticales des cotés jusqu'à leur rencontre avec les fuyantes supérieures. Il ne reste plus qu'à finir le tracé des objets. 
 
-Remarque- 
 
Nous aurions pu faire la construction directement sur le nouveau plan, mais compte tenu de sa position à gauche de "P" il aurait été nécessaire d'utiliser le point de distance gauche. Je vous laisse le soin de faire l'exercice éventuellement. 
-MESURE ETALON, ECHELLE DES HAUTEURS ET ECHELLE DES DISTANCES- 
 
Tous les exercices faits jusqu'à présent, utilisent les mesures étalons et l'échelle des distances. Les mesures étalons sont les segments ou repères que nous avons posés sur la ligne de terre (ou de front). Ce sont les dimensions en vraie grandeur des objets que nous voulons dessiner. Ils peuvent représenter des centimètres ou des mètres réduits à l'échelle du tableau. 
 
Les échelles des hauteurs (mais aussi des largeurs) sont les fuyantes vers le point de fuite principal, car elles nous permettent de définir la dimension (en hauteur ou en largeur) des objets en fonction de leur éloignement. 
 
Les échelles des distances sont les fuyantes vers le point de fuite principal après qu'elles aient été marquées par les fuyantes vers le point de distance, d'où le nom "Echelle des distances". Cela nous permet de définir, en profondeur, la position et la dimension, des objets en fonction de leur éloignement. 
 
Toutefois, nous construirons une échelle des distances particulière sur le coté droit (ou gauche) du tableau, et sur la ligne de terre. Ce sera un outil personnalisé et universel.
-HAUTEURS ET LARGEURS- 
 
Chaque division peut représenter des centimètres, des mètres, ou autres. Si nous traçons les fuyantes vers le point de fuite principal "P" de tous ces repères, nous pouvons définir, à tout instant, les dimensions en largeur, ou en hauteur, de n'importe quel objet dans l'espace.
Voici, ci-dessous, quelques exemples de segments d'objets placés dans l'espace et dont on veut connaître les dimensions (hauteur et largeur). S'ils sont placés directement sur l'échelle des dimensions la mesure est immédiate. Si, par contre, ils sont à une position quelconque dans l'espace il faut tracer les limites du plan frontal correspondant.
-PROFONDEURS- 
 
Cette fois nous voulons connaître la dimension ou la position en profondeur d'un segment ou d'un objet.
Il s'agit de diviser la fuyante "0P" en segments égaux. Nous avons déjà fait cela précédemment. Depuis la ligne de terre, et pour chaque point (de 0 à 12) nous traçons les fuyantes vers le point de distance "D". A partir de la fuyante N° 12 nous traçons une nouvelle ligne de terre secondaire. Ensuite, nous traçons les fuyantes des point de repères 0 à12 (encore eux) cette fois vers le point de fuite principal "P", ce qui divise cette ligne de terre en portions égales. 
 
A partir de ces nouveaux segments nous traçons encore les fuyantes vers le point de distance "D". En définitive, sur la fuyante "0P" nous obtenons, en perspective, 12 segments égaux qui permettront d'évaluer et de mesurer la dimension des objets en profondeur. 
 
Les images ci-après vous montre comment faire pour évaluer la dimension en profondeur d'un élément situé quelque part dans l'espace. La seconde image est une partie agrandie.