fromentin Jean-Claude (Artiste peintre)  
Cours de dessin-2ème Niveau-Leçon N° 5- La Perspective (Introduction)
Vous avez appris dans le premier niveau les bases essentielles pour bien aborder l´apprentissage du dessin. Mais il est maintenant nécessaire de vous inculquer les éléments fondamentaux de la perspective. Cet apprentissage vous permettra d´aborder presque tous les sujets sans appréhension. Bien sûr, vous pouvez faire du dessin sans vous occuper de cette perspective, passer outre et faire comme beaucoup, ou vouloir imiter certains “grands maîtres” (?). Mais alors ce cours n´est pas pour vous. 
 
Cette leçon sera un peu technique et longue, elle semblera compliquée à certains. Si certaines choses vous rebutent, vous pouvez passez pour l´instant et y revenir plus tard lorsque le besoin s´en fera sentir. Cependant j´essaierai d´être simple et ludique afin de ne pas être ennuyeux. 
 
Dans le premier niveau j´ai déjà donné quelques éléments qui permettent de dessiner sans trop de difficultés. Mais ici nous allons aller beaucoup plus loin. Tout d´abord, après le rappel des lois élémentaires, vous apprendrez à connaître l´espace pour situer la vision et le regard que l´artiste porte sur son environnement. Ensuite nous apprendrons comment définir le tableau et où se situe le dessin dans cet immense espace. 

La perspective: Rappel. 
 
A la leçon N° 3 nous avons vu les quelques lois principales importantes ci-après: 
 
- 1: Plusieurs objets identiques se trouvant sur le même plan frontal, et quel que soit leur éloignement, nous apparaissent de dimensions identiques. 
 
- 2: Plus un objet s´éloigne de nous, plus il nous apparaît petit. 
 
- 3: Toutes les verticales restent verticales et parallèles entre elles quelque soient leur éloignement. 
 
- 4: Il existe au moins 2 types de perspective selon notre position par rapport aux objets que nous regardons: 
 
- la perspective en vue frontale. 
 
- la perspective en vue angulaire. 

 
Dans cette leçon, qui sera un peu longue et technique, nous étudierons plus en détail tous ces points de la perspective. 
 
Nous en profiterons pour étudier également la technique des ombres. 
 
En fait, il existe 2 autres types de perspective: 
 
- La perspective aérienne: quand on est dans un lieu très élevé comme un gratte-ciel, un avion ou une montagne on surplombe la scène de très haut: c'est le seul cas où les verticales deviennent convergentes vers un point de fuite se trouvant vers le bas (ou vers le haut si au contraire on regarde en haut). C'est un cas particulier de la perspective où un objet peut avoir 3 points de fuite au lieu des 2 points habituels. 
 
- La perspective atmosphérique, qui comme son nom l´indique concerne l´atmosphère. Elle nous sera utile surtout pour les paysages, mais peut être appliquée aussi à d'autres sujets comme les natures mortes ou les fleurs.
La Perspective Atmosphérique. 
 
Eh bien, parlons en tout de suite, car elle est très facile à appréhender et ne demande pas beaucoup d'explications. De plus, cette perspective est très facile à mettre en pratique dans nos dessins et peintures. La photo ci-dessous parle d'elle même. 
 
L'atmosphère imprègne toute la scène et nous donne cette impression de relief.
L'étude attentive de cette photo nous montre que: 
 
- 1: L'air circule partout et enveloppe tous les objets quels qu'ils soient. 
 
- 2: L'air forme une sorte de brume plus ou moins intense en fonction de sa qualité et de sa densité, et les objets sont comme vus à travers un voile transparent. 

 
Il en découle que: 
 
- 3: La scène est découpée en plusieurs plans séparés depuis le 1er plan jusqu'à l'horizon. 
 
- 4: Le 1er plan est net et précis. Ensuite, et en fonction de leur éloignement, les plans suivants subissent des modifications importantes. Ils sont moins détaillés, les valeurs s'affaiblissent, les contrastes diminuent. Les montagnes à l'horizon se confondent presque avec le ciel. 
 
Il faudra tenir compte de tout cela pour donner de la profondeur à votre dessin, ou tableau. Bien sûr, cet effet est très important lorsqu'il s'agit d'un paysage comme dans cet exemple, car les dimensions en jeu sont très importantes. Pour le dessin d'une nature morte, ou d'un bouquet de fleurs, les dimensions sont beaucoup plus faibles et cet effet est imperceptible. Cependant il faudra, dans une certaine mesure, en tenir compte si vous voulez donner l'impression de volume et de profondeur.
Comme exemple voici la peinture de 5 cubes éparpillés sur le sol.

Image de gauche:
Dans cette peinture les 5 cubes sont peints de la même manière, avec la même force. La perspective géométrique a bien été respectée. Et pourtant l'effet de profondeur et de relief est absent. On a l'impression que le tableau est plat.

Image de droite:
Par contre dans celle-ci, la perspective atmosphérique a été respectée: le 1er plan est net, bien détaillé, les couleurs sont fortes et vives. Les plans suivants sont moins nets, moins détaillés, les couleurs et les contrastes s'affaiblissent, ainsi que les valeurs. L'effet de profondeur apparaît et donne l'impression de relief.
L´Espace. 
 
Nos yeux nous donne une vision en relief de l´espace qui nous entoure. Pour s´en convaincre il n´y a qu´à mettre une main sur un oeil et nous voilà tout drôle, nous avons perdu la perception des distances que nous procure la vision binoculaire. 
 
Nous percevons l´espace qui nous entoure suivant un champ de vision demi sphérique, avec un angle de presque 180 degré. Pour déterminer votre propre champ de vision, étendez les bras en croix, à l´horizontal. Ensuite, tout en regardant bien droit devant vous vers l´horizon, agiter furieusement les doigts. Vous devez apercevoir cette agitation inhabituelle, sinon rapprochez légèrement les bras jusqu´à ce que vous voyez bouger vos doigts. Vous aurez ainsi déterminé votre champ visuel global. 
 
Cependant, les yeux ne transmettent pas au cerveau une image nette de tout cet espace visible. Seule une petite partie de ce vaste champ de vision est nette, encore que la seule partie qui soit vraiment nette est le point central, là où se pose le regard au centre du champ de vision. 
 
Ce champ de vision détermine un cône de vision plus ou moins restreint suivant les individus. Pour nous artiste, nous retiendrons, à l´intérieur de ce cône une partie plus petite que nous appelons “Le Tableau”. C´est la portion d´espace que nous appréhendons le plus facilement et de façon la plus nette possible. Cette portion d'espace étant conique nous la découpons, pour des raisons pratiques, suivant une forme carrée ou rectangulaire. 
 
Cette portion d´espace, le “Tableau”, nous voulons la reproduire en la dessinant sur un support: notre feuille de papier. La feuille de papier est en 2 dimensions et nous voulons y faire tenir un espace qui est en 3 dimensions. 
 
Ce qui suit est d'une importance capitale, je vous conseille de l'apprendre par coeur. 
 
Maintenant, imaginons que nous posions verticalement sur le sol, à une certaine distance de nous, une vitre transparente à travers laquelle nous voyons
l´espace qui est derrière. 
Cette vitre sera de la dimension du tableau carré ou rectangulaire que nous choisissons. Par exemple "L" en cm pour la largeur, "H" en cm pour la hauteur. Sa base posée sur le sol s'appelle la "LIGNE DE TERRE". 
 
D'ailleurs, le tableau peut ne pas être posé sur le sol si vous regardez en l'air, par exemple. Sa base s'appellera toujours "Ligne de terre". En principe, le regard de l'observateur est situé au centre du tableau. Cela définit la position du point de fuite principal "P" et de la ligne d'horizon qui sont à la hauteur des yeux. 
 
La vitre sera située à une distance de nos yeux égale à 1,5 fois environ de la plus grande dimension du tableau. Cela détermine un cône de vision tel que le tableau est vu dans les meilleures conditions et donne le meilleur confort visuel. L´espace que nous voyons projeté sur ce tableau forme le dessin que nous voulons reproduire.


 
 
A droite du tableau, à une distance "x" du centre "P", nous voyons un point "D". C'est un point de fuite secondaire également très important. C'est le point de fuite où convergent toutes les lignes situées dans un plan horizontal et inclinées à 45 degrés. 
 
On l'appelle le "POINT DE DISTANCE". Bien sur, ce point "D" on le retrouve aussi à gauche du tableau. 
 
Pour comprendre ce point de distance, il faut se placer au-dessus de la scène comme si on la survolait. Construisons un carré ayant pour coté la distance "x" entre l'observateur et le tableau. 
Le carré ainsi formé a une de ses diagonales qui va de l'observateur au point "D". C'est une droite à 45 degrés. Attention, nous sommes dans l'espace à 3 dimensions. Toutes les droites qui seront dans un plan horizontal et parallèles à cette diagonale, et donc inclinées à 45 degrés, auront l'air de fuir vers ce point de distance unique. Il en sera de même pour les droites inclinées à 45 degrés dans l'autre sens, elles fuiront vers l'autre point de distance à gauche. 
 
Attention: le point de distance "D" est bien situé sur la ligne d'horizon, et non pas sur la ligne de terre. 
Pour vérifier et illustrer concrètement tout ce que j'ai dit ci-dessus, j'ai expérimenté et photographié la scène suivante: 
 
J'ai pris une petite vitre sur laquelle j'ai défini un format de: L = 33 cm, H = 24 cm (soit un format 4F, voir les formats standards ci-après). J'ai collé, horizontalement et passant par le centre, une baguette de bois qui symbolise la ligne d'horizon. 
 
Au centre j'ai posé une épingle. Une seconde épingle est posée à droite à une distance du centre de 1,5 L soit 49,5 cm. La 1ère épingle représente le point de fuite principal, la 2ème représente le point de distance à droite. Derrière la vitre j'ai placé, en vue frontale un carton découpé sur lequel est tracé un carré rouge, le tout est placé sur un plateau horizontal. 
Ensuite, j'ai regardé la vitre, l'oeil à hauteur de la ligne d'horizon (baguette de bois), au droit du point de fuite principal et à une distance, en avant de la vitre, de 49,5 cm (soit 1,5 x L). J'ai constaté la parfaite exactitude de convergence des lignes de fuite que j'ai concrétisé avec des fils: 
 
- 1: les cotés, droit et gauche, du carré fuient bien vers le point de fuite principal. 
 
- 2: la daigonale du carré fuit bien vers le point de distance. 

 
Maintenant si nous nous rapprochons du tableau, celui-ci devra être de plus petites dimensions pour rester dans les limites du cône de vision. 
 
Et inversement si nous nous éloignons le tableau sera plus grand. D´ailleurs, n´avez vous pas fait l´expérience de vous rapprocher ou de vous éloigner lorsque vous regardez un tableau dans une galerie de peinture pour mieux l´apprécier. 
Formats standards

Les dimensions idéales d´un tableau doivent être dans un rapport de 1,5, par exemple d´un format 24x36 mm, 10x15 cm, etc... 
 
Cela ne vous rappelle rien? C´est le format des appareils photos et des tirages papier photos. Ce n´est pas un hasard. Pour nous artiste, et depuis longtemps, des formats ont été standardisés, surtout pour les toiles à peindre. Je vous donne un échantillon de ces formats qui sont classés en 3 groupes: 

 
F: comme figure, 
 
P: comme paysage 
 
M: comme marine.  
 
Chaque format est désigné par un numéro suivi d´une lettre, par exemple: 15P désigne un format N° 15 paysage de dimensions: 65cm x 50cm. Mais bien sûr nous avons toute liberté de choisir n´importe quel format si nous restons dans le raisonnable. 
 
Voilà, cette introduction sur les généralités est terminée. Au chapitre suivant nous mettrons en pratique toutes ces nouvelles connaissances.