fromentin Jean-Claude (Artiste peintre)  
Cours de dessin-2ème Niveau-Leçon N° 6- Le Pastel
Les Matières : Le Pastel sec: Introduction-  
 
Nous avons vu au chapitre "Matières" qu'il y a des pastels gras et des pastels secs. Nous consacreront cette leçon et les suivantes au dessin au pastel sec. 
 
--Le matériel. 
 
1--: Le papier.

Le papier "Canson C à grain 180 gr" est très valable pour le pastel. Cependant, on s'aperçoit que beaucoup de papier penvent convenir, il faut seulement éviter les papiers lisses qui comportent un grain très prononcé qui n'accrochent pas le pigment. Il existe aussi des papiers spéciaux qui possèdent un fort grain de surface. Certains dessinent même sur papier abrasif à grains fins. 
 
Il y a aussi des blocs de papier à dessin pour le pastel de différents formats. Ils ont la particularité d'avoir des intercalaires de protection en papier crystal trés efficaces. 
 
Pour les premiers exercices, un papier ordinaire, genre papier d'imprimante, par exemple, peut suffire. 
 
2--: Le pastel:

Il existe plusieurs qualités de pastel sec: 
 
-Les pastels crayons. Ils sont en général assez dur et il faut, de préférence, les réserver pour des esquisses. On les trouvent en boites assorties, mais on peut les acheter à l'unité. 
 
-Les pastel tendres ("SOFT"), sous différentes marques, vous les choisissez à votre goût. On les trouve en boites assorties de 12, 24, 48, ou 60 craies. 
 
Pour débuter, un assortiment de 48 craies est un minimum, mais avec un peu d'expérience, vous vous apercevrez vite du manque évident de nuances, surtout dans les tons clairs. Vous pourrez compléter par la suite en achetant à l'unité les nuances qui vous manquent.
Voici un nuancier complet des pastels "Rembrandt". J'ai reporté un repère sur ce nuancier (points noirs) pour indiquer les nuances que j'utilise de préférence. Elles sont suffisamment nombreuses pour aborder tous les sujets.
Et voici les explications des définitions des couleurs.

Vous remarquerez aussi que j'ai retenu toujours la couleur de base référencée: "---,5" (par exemple: 205,5), la référence ---,3 (coupage au noir), et ensuite certaines des références coupées au blanc: ---,7 à ---,12 suivant le cas. 
 
Il n'est pas nécessaire d'avoir toutes les références, celles que j'ai choisis sont largement suffisantes, elles sont déjà assez nombreuses. 
 
3--: Les accessoires. Il faut ajouter: 
 
--Des chiffons ou du papier essuie tout, vous en aurez besoin pour vous essuyer les mains et les craies salies par les couleurs, en cours de travail. 
 
--Un récipient d'eau, ou un chiffon mouillé, pour vous laver les mains de temps à autre. 
 
--Des estompes de différentes grosseurs, mais vous pouvez utiliser votre pouce et tous les autres doigts. Cela donne un estompage mieux maîtrisé. Ce sera selon les circonstances, c'est à vous de voir. 
-La gomme est à proscrire, cependant un gomme malléable dite "mie de pain" peut rendre quelques service comme pour le dessin au fusain ou à la sanguine. 
 
-Un gros pinceau de peintre en bâtiment pour effacer, je dirais plutôt pour épousseter cetaines zones qui seraient à refaire. C'est le seul moyen efficace pour le pastel, à ne pas renouveler trop souvent. 
 
-Un support pour la feuille de papier et des pinces de maintient.
Voilà ma boite de travail. Toutes les couleurs que j'ai indiquées sur le nuancier y sont. Il est bon que vous preniez l'habitude de casser des morceaux d'environ 1,5 à 2 cm et que vous les rengiez par ordre de couleurs et de nuances. Cela facilite le travail et permet de retrouver facilement une nuance qui doit toujours être à la même place. 
 
Remarquez également que j'ai enlevé le papier de protection, qui n'est pas utile et même gênant. A partir de maintenant vous allez oublier les références. Vous devrez seulement vous concentrer sur la couleur visuelle, cela est très important lorsqu'on dessine. 
Je vous conseille, et ce sera votre premier contact avec le pastel, de faire comme moi. 
 
Image de droite:

Prenez une feuille de papier "Canson", tracez des cadres, inscrivez les numéros de références par catégories de couleurs. 
 
Ensuite peignez chaque teinte dans la case correspondante. Ce sera votre nuancier personnel, qui vous accompagnera toute votre vie. Cela vous permettra aussi de retrouver facilement une référence lorsqu'il faudra réapprovisionner. 
Le pastel a la consistance d'une craie, et comme celle-ci, on peut s'en servir pour écrire. En appuyant plus ou moins on obtient des traits plus ou moins épais. De même, on peut tracer un trait fin en utilisant une arrête disponible, ou un plat formé par usure sur la craie. 
 
Sur l'image à gauche, vous voyez quelques exemples de traits de différentes couleurs. 
 
Essayez vos pastels sur une feuille de papier ordinaire. Faites des traits de plusieurs couleurs, en variant les épaisseurs. Au fur et à mesure le pastel s'use et il apparait des arrêtes et des plats sur la craie. Il faut profiter de cette usure pour obtenir des traits de différentes largeurs. 
 
Certains dessinateurs taillent leur pastel, à mon avis ce n'est pas nécessaire, mais pourquoi pas? Après ce petit exercice vous devez avoir les doigts salis par les pastels utilisés. Il temps de les nettoyer sommairement avec un papier essuie tout.
Voici un deuxième exercice similaire (image droite) mais cette fois les tracés sont faits avec le coté du pastel posé à plat sur le papier. Rappellez vous, j'ai dit à la page précédente de préparez vos pastels en les cassant en morceaux de 2 cm environ. On trace ainsi de larges aplats de couleurs. 
 
Cette fois il faudra essuyer vos doigts avant de prendre une autre couleur, et, comme vous aurez à le faire très souvent, je vous conseille de garder un essuie tout en permanence dans votre main gauche (pour les droitiers). C'est une habitude à prendre dès le début. On finit par ne plus y penser car cela devient un réflexe automatique. 
 
Surtout, ne soyez pas tenté de mettre des gants en latex sous prétexte de se protéger les mains des salissures. Cela vous gênerait beaucoup, et vous n'auriez plus la sensation du toucher indispensable dans le dessin au pastel. Et de plus, vous allez devoir utiliser tous vos doigts, et même la paume de la main dans certains cas, la main est le principal outil dans le dessin au pastel.
--Maintenant faisons quelques exercices préparatoires. 
 
Avant de poursuivre, et si vous avez suivi mon conseil d'utiliser du papier ordinaire (pour imprimante par exemple), vous remarquerez que le papier possède un grain très fin. Ainsi le papier est immédiatement saturé et il sera pratiquement impossible de retracer par dessus et de surcharger avec une autre couleur. 
 
On pourra tout de même le faire modérément dans les exercices qui vont suivre. Plus tard, on dessinera sur du papier "CANSON", et là, on n'aura aucun problème car ce papier accepte de grandes quentités de matière.
-Dessin de gauche. 
 
Prenez un feuille de papier type imprimante. En partant du haut, tracez des hachures jaune clair, ensuite jaune moyen, puis orange, rouge, marron foncé. Les hachures ne devront pas être trop sérrées, ni trop appuyées pour ne pas déposer trop de matière. 
 
--Dessin de droite. 
 
Avec un doigt estompez les hachures en commençant par les couleurs claires (le jaune). Frottez assez énergiquement pour obtenir le mélange des teintes. Et ne bouchez pas le grain du papier. Pensez à essuyer vos doigts à chaque changement de teintes.
--Etape suivante-Dessin de gauche. 
 
Cela manque de matière, on va donc en rajouter, toujours en commençant par le haut (couleur claire), mais cette fois on fait des hachures avec du blanc au lieu du jaune, ensuite du jaune moyen, de l'orange, du rouge, et de la sienne brûlée, en évitant de trop serrer. 


--Dessin de droite. 
 
On finit par un estompage au doigt en régularisant au mieux les passages d'une teinte à l'autre. 
 
Voilà, vous avez réalisé votre premier dégradé.
--Une autre variation. Faisons un dégradé, en bleu cette fois. 
 
--Dessin de gauche. 
 
Tracez des bandes horizontales avec des aplats de couleurs: carmin, outremer, outremer clair, bleu phtalo clair, vert clair, vert plus clair et rose clair.

--Dessin de droite.

Estompez au doigt, un doigt par couleur, égalisez au mieux. 

--Etape suivante-Dessin de gauche. 
 
Surchargez avec des bandes horizontales de blanc, du haut en bas, et estompez en mélangeant.

--Dessin de droite. 
 
Pour finir rajoutez un peu de bleu dans le haut et estompez en laissant apparaître la carmin. 
 
Ce dégradé pourrait être une base pour réaliser un ciel d'été. 
 
A vous maintenant, faites des exercices similaires avec d'autres couleurs en essayant de faire des harmonies. Faites des combinaisons de rouge, de violet, de marron, de vert, etc...Cela ne prend pas beaucoup de temps et vous vous familiariserez ainsi avec votre palette. 

--La couleur. 
 
Avant d'aller plus loin il est indispensable d'avoir quelques connaissances élémentaires sur la couleur.  
 
On défini le bleu, le rouge et le jaune comme étant des couleurs primaires. 
 
Le mélange du rouge et du jaune donne une couleur secondaire: l'orange. 
Le mélange du rouge et du bleu donne une couleur secondaire: le violet. 
Le mélange du jaune et du bleu donne une couleur secondaire: le vert. 
Et le mélange des 3 primaires donne, en principe: du noir. 

Mais voilà, avec les pastels nous n'avons pas les couleurs primaires parfaites, et les mélanges sont loin d'être satisfaisants. Cependant il faudra bien faire avec, et c'est un peu la raison pour laquelle nous avons besoin de beaucoup de nuances dans notre palette. 
 
Voici les 3 couleurs pastel qui peuvent être considérées comme primaires, et à droite de l'image les mélanges correspondants: autour il y a le vert, le violet et l'orange, au milieu une couleur sombre mais pas noire. 
Il est d'usage de représenter les couleurs primaires et secondaires sur un schéma circulaire. Les primaires sont sur les sommets d'un triangle, les secondaires sur un autre triangle inversé.

Au delà on peut trouver des couleurs tertiares, et ainsi de suite. On peut ainsi faire des mélanges à l'infini. A partir de seulement 3 couleurs de base on peut obtenir de nombreuses couleurs. 
 
Avec de la peinture à l'huile cela est parfaitement faisable, et d'ailleurs certains peintre font leurs tableaux de cette manière. Mais le pastel ne permet pas cette pratique. Comme je l'ai dit il est préférable d'avoir de nombreuses nuances à sa disposition.
--Remarque 1: 
 
Le mélange de 2 primaires donne une secondaire qui est la "complémentaire" de la 3ème couleur, car si on lui mélange la 3ème on obtient le noir. Sur le cercle nous pouvons donc déterminer que le violet est la complémentaire du jaune et inversement, le vert la complémentaire du rouge, l'orange la complémentaire du du bleu, etc... 
 
--Remarque 2: 
 
Nous avons vu que mélanger les 3 couleurs primaires donne une couleur proche du noir, ou tout au moins une couleur salie par le noir. Il faudra donc faire attention lors de recherche de teintes de ne pas trop mélanger les complémetaires entre elles, ce qui donnererait un dessin sale. 
 
--Remarque 3: 
 
Si nous mélangeons les 3 primaires (ou une primaire et sa complémentaire) dans des proportions variées nous obtiendrons des couleurs grises colorées, avec des nuances dominantes de jaune, rouge, bleu, ou verte, violet, orange, etc...qu'on appelle des couleurs "rabattues". 
 
--Remarque 4: 
 
Si on ajoute du blanc, ou du noir, à une couleur, celle-ci devient grise et perd de son éclat. Cela est absolument incourtournable avec de la peinture à l'huile. Cependant nous avons de la chance avec le pastel, car le pastel se comporte différemment en gardant toute sa richesse de coloris et sa luminosité, ce qui fait tout le charme d'un dessin au pastel. 
 
Nous allons ainsi pouvoir éclaircir une couleur avec du blanc, et la foncer avec du noir, mais il ne faudra pas en abuser, surtout si c'est pour passer de la lumière à l'ombre et inversement. Il vaudra mieux utilier la technique des températures de couleurs: voir le paragraphe suivant.
Maintenant nous pouvons classer les couleurs en fonction de leur rapport à la lumière. Plus les couleurs se rapprochent de la lumière du jour ou du soleil on dit qu'elles sont chaudes, et plus les couleurs se rapprochent de l'obscurité de la nuit on dit qu'elles sont froides. 
 
Ainsi les jaunes et les rouges sont des couleurs chaudes. 
 
Les bleus, les violets et les carmins sont des couleurs froides. 
 
On parle alors de "température de couleur". 
 
Par exemple, un objet placé dans un ambiance lumineuse (en plein jour), possède un partie éclairée et une partie à l'ombre.
La partie éclairée présentera des couleurs chaudes. La partie opposée, complètement dans l'ombre, présentera des couleurs froides. Le passage de l'ombre vers la lumière (et inversement) se fera avec des couleurs chaudes ou froides en fonction de la température de couleur. 
 
Ainsi, si vous avez un jaune pour représenter la zone de plus grande lumière, et que la couleur locale de l'objet est orange, afin de passer de la lumière à l'ombre, vous devrez utiliser des couleurs de température plus froide comme les rouges foncés, les bruns, les carmins et les bleus. 
 
Par contre, si la couleur locale est verte, vous devrez utiliser des couleurs plus froides comme les verts foncés, les bleus et les violets. 

--Remarque importante: 
 
L'utilisation du blanc pour aller vers la lumière, ou du noir pour passer à l'ombre, donne un résultat pas très réaliste. La peinture devient triste, sans lumière, les couleurs sont grises et sans vie. Il est préférable de profiter de nos nouvelles connaissances sur les températures de couleurs pour faire des dessins plein de lumière et de vie. 
 
Voici 3 exemples de passage de l'obcurité vers la lumière: un jaune, un rouge et un bleu.
Cest tout de même plus lumineux que si on avait utilisé uniquement le blanc et le noir. 
 
Je ne donne pas les références exactes que j'ai utilisées, à vous d'essayer avec les pastels que vous avez dans votre boite. Certaines teintes devront sans doute être obtenues par mélange. 
 
Vous faites des hachures juxtaposées des teintes nécessaires, suivi d'un estompage au doigt. Vous devez maîtriser cette exercice pour pouvoir aborder, dans de bonnes conditions les exercices à venir.